Accueil - - Contact

LA FIN DEFINITIVE DU CHÔMAGE.

Titre volontairement provocateur ?

Certainement pas... C’est vraiment ce à quoi mène ma réflexion aboutie. Nous pourrions mettre en œuvre un processus gradualiste, qui ne serait en fait que de tous petits glissements mais générateurs de grands changements et, qui nous amènerait avec certitude vers la fin du chômage et des bas salaires.

L’incertain est pour moi, le temps que prendra la nécessaire ampleur de l’émergence d’un tel projet afin que celui-ci puisse être globalement connu et reconnu. Il se heurte à la non compréhension du phénomène et à l’énorme entrave due à une inertie sociétale qui ne sert qu’à étouffer bon nombres de projets quelque soit leur qualité... Les projets en général sont identiques à la vie, existant en puissance mais attendant l’ultime condition pour apparaître. Cependant, le hasard a bien réussi à ne pas faire disparaître la vie sur Terre et à la développer, gageons qu’il en fasse de même pour ce projet. A mon stade d’engagement politique et de notoriété, c’est à dire nul au départ, celui-ci est mon seul atout pour doper le temps face à l’urgence du besoin.

Adopterons-nous donc ce processus et si oui, quand ?

Exposer un projet de société, ambition si vaste comportant de multiples facettes, pourrait déjà sembler un défi... Dans notre démocratie, les partis politiques existent pour représenter la diversité des opinions publiques. Remarquons, qu’ils sont tous d’accord au moins sur un point : celui que chacun d’entre nous puisse obtenir un travail. Malgré cette convergence de point de vue qui laisserait à penser que l’on puisse avancer de façon probante vers un résultat positif, il n’en est rien : le chômage persiste et signe ! C’est pourquoi, je choisi d’aborder ce projet sous l’angle de cette problématique complexe : le Chômage ! Attendue que celle-ci soit considérée comme une grande difficulté majeure irrésolue à ce jour. Et cela, depuis près de 40 ans que ce phénomène persiste dans nos sociétés développées alors qu’il succédait à trente années glorieuses. Pourtant, nos gouvernements successifs s’emploient sans compter à tenter de le réduire sans jamais chercher à l’anéantir - peut-être par manque d’ambition...

J’expose : le pourquoi du comment, en deux temps - par une approche (Une vue d’ensemble structurée et succinte) puis par un développé (Vers un parcours plus intellectuel et argumenté) accessibles en page d’accueil.

Malgré tous les inconvénients d’un résumé, je propose : un concept (La SARS) accompagné d’un processus d’amorçage (Prêt cautionné par l’Etat), un tout précis, pour mettre fin à ce fléau.

Celui-ci consiste à créer et à promouvoir des entreprises ; les SARS = Société A Responsabilité Sociale. Chaque citoyen demandeur d’emploi obtiendrait un prêt de 15000 euros cautionné par l’Etat uniquement destiné en apport du capital social d’une entreprise qui va co-égalitairement lui appartenir et y compris à son chef (élus par les salariés co-actionnaires) lui-même formé par une école spécialisée pour diriger ces SARS.

Mais, est-ce que nous voulons vraiment la fin du chômage ?

Par défi intellectuel et par rage de vaincre, j’ai fini par bâtir un projet politique cohérent pour y parvenir. Si l’on ose espérer un changement de société que seule une idée nouvelle peut générer, il nous appartient à tous de faire un peu du reste...

Sur un plan global, chaque citoyen quelque peu impliqué aux faits contemporains ne peut qu’avoir conscience que laisser les choses en l’état assoit l’humanité sur une poudrière qui finisse par déclencher, tôt ou tard, ici et là, des Révolutions ! Faisons tout, à l’aube de notre 3ème millénaire, pour que celle-ci prenne par anticipation, une forme unique, celle d’une révolution intelligente, c’est à dire qu’elle parvienne à tout changer sans rien casser !

"Je serai bien aise que ceux qui me voudront faire des objections ne se hâtent point, et qu’ils tâchent d’entendre tout ce que j’ai écrit, avant que de juger d’une partie : car le tout se tient et la fin sert à prouver le commencement." DESCARTES. (Lettre à Mersenne).


SOUTENIR TERRE & HOMMES



Accueil